Ce site dispose de deux pages d'accueil :

A l'ouverture du site, voir :

La dernière page d'accueil consultée Accueil 1 Accueil 2

Blog de l'association ReOpen911

Abby Martin et le 11-Septembre : une bonne dose d'anticonformisme

Posté par .Rédaction le 10/03/2014

La semaine dernière, les médias occidentaux se sont curieusement pris d'admiration pour une journaliste américaine faisant état de son opinion personnelle sur une chaîne russe anglophone. Probablement surpris par tant de liberté de parole, la presse s'est emparée de ce non-événement pour en faire un buzz outré sur le manque d'objectivité des médias russes. C'était sans compter sur d'autres positions que cette journaliste avait prises sur d'autres sujets, en particulier sur le 11-Septembre. Car le fond de l'histoire n'était pas tant de savoir ce qu'elle pense de la situation en Ukraine ou d'autre chose, mais de l'intégrité que se doit de garder chaque journaliste face au conformisme idéologique dans sa profession. Au lieu d'utiliser son intervention pour justifier leur propagande, les médias auraient mieux fait d'y trouver l'occasion de remettre en cause leur propre étroitesse éditoriale.
 




Abby Martin
 n'est pas une journaliste du cru. Diplômée en science politique, elle commença à travailler pour un site d'information à San Diego avant de fonder Media Roots, une plate-forme participative de journalisme citoyen, et de rejoindre Project Censored, un projet éducationnel contre la censure dans les médias, qui publie chaque année le palmarès des 25 sujets les plus censurés ou sous-rapportés dans la presse américaine. C'est par son engagement pour le journalisme citoyen, la liberté de la presse, sa contestation des politiques américaines ou encore son soutien et sa couverture du mouvement Occupy, notamment à Oakland, qu'elle finira par être repérée par la chaîne de télévision RT, dont elle deviendra correspondante avant d'obtenir sa propre émission, intitulée Breaking the Set. Outre le fait d'être une artiste accomplie (réalisant par ailleurs l'affiche du film The Crisis of Civilization traduit en français par ReOpen911), Abby Martin a également fait partie de l'un des groupes les plus actifs du Mouvement américain pour la vérité sur le 11-Septembre en Californie.
 

"Je maintiens tout ce que j'ai dit et les médias n'ont rien compris." Abby Martin



Abby Martin, présentatrice de Breaking the Set sur la chaîne RT


Peu médiatisée jusque-là, c'est son émission du lundi 3 mars qui va susciter un buzz sans précédant pour la journaliste. Comme l'ont rapporté plusieurs médias français comme France 24 ou Le Figaro, Abby Martin y faisait part de ses critiques envers l'interventionnisme russe en Crimée, soulignant ainsi son "indépendance éditoriale" tout en concédant ses lacunes sur le sujet. Mais après avoir suscité l'admiration pour avoir revendiqué sa liberté de parole sur une chaîne russe, elle a rapidement subi un violent retour de flamme pour ses opinions sur le 11-Septembre, notamment sur les sites du New York Times, de Mediaite ou sur la chaîne MSNBC. En France, ce sont les sites de L'Express et d'Arrêt sur Images qui apporteront ces précisions. Ce dernier en profite même pour caser une allusion douteuse, déclarant que "peu connue en France, Abby Martin est surtout citée par des sites d'extrême-droite" s'appuyant sur un seul lien, sur un unique sujet. Cette assimilation est d'ailleurs plutôt malvenue alors que Daniel Schneidermann récusait récemment sur Canal+ ce genre d'amalgame à son encontre.
 

Dès le lendemain, elle déclarait en ouverture de son émission :

"Voilà le problème : je m'exprime contre les interventions militaires tous les jours dans l'émission, et j'ai dénoncé l'implication étasunienne en Ukraine dès le début, et aucun de ces commentaires n'a jamais fait de vagues dans les médias traditionnels. C'est assez triste comme observation je pense, que ma seule critique des agissements russes puisse être reprise du moment qu'elle arrange le récit convenu.
 

Elle cite ensuite le passage d'un article de Glenn Greenwald sur The Intercept, qui après avoir dénoncé l'hypocrisie des médias américains et déclaré qu'Abby Martin avait "remarquablement démontré [...] ce que 'l'indépendance journalistique' signifie," écrivait : 

"A tous les journalistes américains et commentateurs politiques qui s'auto-congratulent : Y a-t-il eu un seul présentateur de télévision américain qui a dit quoi que ce soit de comparable à cela dans la période de préparation ou les premières phases de l'invasion américaine en Irak ?"

Le jour suivant, Abby Martin est à nouveau revenue sur le sujet, précisant que sa direction soutenait sa liberté de parole et qu'elle conservait son poste, contrairement aux journalistes mis à la porte de grands médias américains pour avoir critiqué la guerre en Irak, comme Phil Donahue et Peter Arnett, deux grandes figures du journalisme US. Ce fut aussi l'occasion de diffuser son interview par Piers Morgan sur CNN, où elle répondait aux accusations de propagande contre sa chaîne :
 

"Aucune différence avec n'importe quel autre grand média. On parle là de six sociétés qui contrôlent 90% de ce que les Américains voient, entendent ou lisent. La préparation de la guerre en Irak a répété exactement ce que disait le pouvoir en place. Vous pouvez appliquer les mêmes critiques à toutes les grandes chaînes. Donc je parle uniquement pour mon émission, je reste fidèle à mon sens moral, mais RT véhicule une perspective de la politique étrangère russe tout comme l'ensemble de l'appareil médiatique véhicule une perspective de l'establishment étasunien."
 

N'est-il pas effarant d'ailleurs d'entendre le ministre des Affaires étrangères américain John Kerry critiquer les actions russes en déclarant qu'au "XXIe siècle, vous ne vous comportez pas comme au XIXe siècle en envahissant un pays sous un prétexte fabriqué," sans que cela ne provoque l'indignation ou les railleries de la presse internationale ? De même, les médias français n'ont-ils pas été une force de propagande au service de la politique étrangère française en encourageant activement les aventures militaires auprès de l'opinion ces dernières années ?
 

En ce qui concerne le 11-Septembre, Abby Martin a tenu à s'expliquer et revenir sur ses propos de 2008, en répondant au Daily Banter :

"Je maintiens le fait qu'on nous a menti sur le 11-Septembre, ce que les membres de la commission concèdent eux-mêmes. Cependant, je ne crois pas qu'il s'agisse d'un complot interne et c'est embarrassant de voir des gens se qualifier de journalistes en utilisant une vidéo vieille de six ans pour me discréditer et assimiler des déclarations faites lors d'une manifestation avec le risque de perdre mon emploi en m'exprimant ouvertement sur la Crimée."
 

Dans le même élan, elle a précisé sa position sur 911blogger, un site de référence du Mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre :

"Je souhaitais simplement écrire un commentaire sur la récente et médiocre campagne de diffamation contre moi à propos de mes origines radicales dans ce mouvement. Je reste fidèle à mes racines militantes et ne m'excuserai jamais de mon passé, lequel m'a conduit là où je suis aujourd'hui.

Malheureusement, des journaux tels que le New York Times, Raw Story et Mediaite ont détourné le sujet sur le fait que j'étais une "cinglée" parce que j'ai osé questionner le 11-Septembre, l'événement utilisé pour nous entraîner dans cette guerre sans fin au terrorisme. Ils ont inclus une effrayante vidéo de moi lors d'une manifestation à l'époque de la fac, tenant des propos que je ne soutiens plus maintenant.

J'ai également répondu dans une déclaration que je ne pensais pas que les attentats étaient un "complot interne." Ce langage est utilisé comme un facteur discréditant, et il est irresponsable de défendre une affirmation aussi indémontrable.

Cependant, je maintiens le fait qu'on nous a menti, comme le font de nombreux membres de familles de victimes, des officiels du gouvernement, des membres de la commission et des citoyens du monde entier. Et comme vous le savez tous, je n'ai jamais manqué de dénoncer les nombreuses incohérences du récit officiel et les dissimulations, et je continuerai à le faire sur mon plateau, où que ce soit.

Être un "chercheur de vérité" sur cette question n'a rien de honteux."

 


Abby Martin dans Yesterday Magazine (Photo : David Dees)
 

Contrairement à la pensée binaire ayant généralement cours dans les médias, Abby Martin a su montrer les nuances qui existent dans le Mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre, interrogeant dans son émission de très nombreuses personnes sur le sujet (familles de victime, secouristesactivistesauteursofficiels américainsanciens membres des renseignements ou de l'arméeartisteslanceurs d'alerte, etc.), tout en critiquant vertement les abus et le business que certains en font.
 

A ce jour, la majorité des médias français continuent de taire le sujet chaque fois que la version officielle est remise en cause, même s'il s'agit d'informations majeures issues de grands médias américains comme le New York Times, le Washington Times, ou le Miami Herald que nous sommes les seuls à traduire et à relayer la grande majeure partie du temps. De même, lorsque la version française du Huffington Post a diffusé la demande d'une nouvelle enquête par le sénateur Bob Graham (l'ancien président de la commission du Congrès sur le 11-Septembre), elle n'a reçu qu'un silence assourdissant dans le reste des rédactions françaises.
 

Cela voudrait-il dire que tous les journalistes sont convaincus par la version officielle du 11-Septembre ? Il y a fort à en douter. Mais le conformisme est aujourd'hui si pesant dans la presse française qu'elle a elle aussi des petits airs de propagande russe ou américaine, au choix. Rappelons qu'en 2008, un débat sur le 11-Septembre organisé par France 24 s'était soldé par le renvoi du directeur de la rédaction Grégoire Deniau et du rédacteur en chef Bertrand Coq, comme l'avaient noté Le Point ou Rue89. A l'époque, le Canard Enchaîné avait d'ailleurs précisé que "l’Élysée n’avait guère apprécié l’organisation de ce débat télé."
 

Au regard de cet épisode, chaque journaliste devrait se poser des questions sur sa propre liberté d'opinion et de parole dans sa profession, en particulier sur le 11-Septembre.
 

--La rédaction de ReOpen911--



Epouvantails, autruches et perroquets -- 10 ans de journalisme après le 11-Septembre


 



En lien avec cet article :

 


 

Publié dans Revue médiatique | 4 Commentaires »

URL courte : http://reopen911.info/2311.html  

Commentaires (4)

  1. Doctorix,

    Pas très cohérente, cette nana...

  2. Christophe,

    Pas cohérente ? Qu'est-ce que la cohérence, depuis 2001 ?
    Comme l'illustre pertinemment ce commentaire de Reopen, parmi tant d'autres hélas, la forteresse reste peu remise en cause, surtout en France, de l'opinion véhiculée dans les mainstream media, pa rapport à la multitude des autres. Le cas français est à comprendre en rapport avec la crise, ou la fin, du rôle politique des intellectuels.
    Mais, à un niveau plus général, ce que dit la pétroleuse de service US, est-ce ou non "cohérent" ? Je crois que la question doit être posée par rapport à un modèle de cohérence. Celui des mainstream media, US pas plus que les français, ne donne pas d'image spécialement cohérente, quand on considère le nombre d'enquêtes, qui certes accroissent, chacune d'entre elles, le doute sur la loyauté ou la compétence des services de l'État, mais qui aussi, sont menées aussi loin que possible de Ground Zero, et contribuent à embrouiller l'idée qu'on peut se faire du 11 septembre. Déjà, dès après le 11 septembre, la thèse de la trop grande incompétence du gouvernement Bush pour fomenter un complot, a été élaborée par une gauche démocrate, et reprise en France notamment, par des media de la gauche de la gauche, avec beaucoup de succès auprès du lectorat. Jusqu'à, plus récemment, Chomsky. La stratégie de cette thèse, je ne sais si elle fut cohérente, mais en tout cas elle fut diaboliquement efficace. Je dirais donc que oui, elle le fut, cohérente, comme stratégie d'alliance de fond, objective, de l'opinion (même à son corps défendant) avec les responsables des destructions réelles et symboliques du 11 septembre.
    Aussi, quand Martin dit que "complot interne", est du "langage utilisé comme facteur discréditant", et qu'il est "irresponsable de défendre une affirmation aussi indémontrable", elle n'est peut-être pas "cohérente" avec ce que devrait être une ligne de "vérité", mais du moins ajoute-t-elle à la cohérence stratégique de l'embrouillamini du discours "anti-complotiste".
    C'est la ligne Zinn-Chomsky : "la V.O. n'est pas claire mais à quoi bon s'intéresser à une formulation pas claire, cela détourne de pb plus graves." Depuis les premières images mettant côte à côte les effondrements du 11 septembre et ceux dus à des démos contrôlées, depuis les preuves sans nombre publiées par les truthers, parler "d'affirmation incontrôlable", c'est se mettre la tête dans le sable, et c'est participer à une catastrophe intellectuelle et morale sans précédent (selon moi, une folie collective) dont Abby Martin n'est qu'un des acteurs.

  3. marco,

    vous avez une drôle d'idée de la cohérence, Doctorix

  4. Gaudefroy,

    On peut trouver aussi sur wikipedia l'indigent argument porté sur la chaine Russia Today :
    " Accusée de « tropisme conspirationniste » par Conspiracy Watch "
    Les sceptiques verront surtout un fort tropisme néoconservateur chez l'ultra-censeur Conspiracy Watch dont l'avis sur Russia today n'a pas sa place sur wikipedia.

    Abby Martin a fait une interview en aout 2013 de Lance De Harven à propos de l'élément de langage " conspiration theorist " (qu'on traduit en France par " conspirationniste "). Je l'ai extrait et mis en ligne.
    De Harven fait un rappel historique que peu encore connaissent. L'origine du mot et son utilisation pour discréditer toute critique. Cela a commencé par une campagne de propagande impériale de la CIA à l'époque du Rapport de la Commission Warren sur l'assassinat de Kennedy. De Harven propose de substituer à " conspiration theory " le terme SCAD (State crimes against Democracy)
    https://www.youtube.com/watch?v=l36ftkaWQqA&list=UU5hzh9J0e1bRN3ZqtTDLcsA

    Il existe aussi une émission sur Russia Today très proche de l'esprit Reopen, animée par un " truther ", Daniel Bushell.
    J'ai d'ailleurs traduit et sous-titrée l'épisode 35 sur les ONG au service des guerres de l'OTAN
    (le journaliste a l'intelligence de fournir le script de ses émissions, ce que ne fait pas hélas Abby avec son débit de mitraillette)
    https://www.youtube.com/watch?v=F7ASHvWEXbc&list=UUeV6ewGlAynsMJdynkkNjRQ

Laissez votre commentaire sur cet article
Seront supprimés : Les commentaires hors-sujet et tous messages contenant des propos injurieux, offensants, irrespectueux, prosélytes, racistes, antisémites et hors sujets.
L´abus des majuscules et/ou les attaques personnelles entraîneront également la non validation du commentaire.
Ceci n'est pas un forum mais un espace de commentaires en rapport avec le contenu de cette page. Pour toute discussion, merci de vous rendre sur le forum.
Suivez notre actu sur les réseaux sociaux
Sondage HEC-REOPEN911

Sondage Reopen911

Newsletter mensuelle
Consensus911

Points de Consensus
sur le 11-Septembre

9/11 Maps

Découvrez le projet 9/11 Maps
Timeline 3D de toutes les données officielles de vols

Aidez ReOpen911 à continuer d'exister ... et à avancer

Pétition ReOpen911